• Je me projette loin
    Je me projette loin
  • Je vise haut
    Je vise haut
  • Je suis une gagnante
    Je suis une gagnante
  • Je passe à  l'attaque
    Je passe à  l'attaque
  • Je compte des buts
    Je compte des buts
  • Je donne tout ce que j'ai
    Je donne tout ce que j'ai
  • Une force m'habite
    Une force m'habite
  • Je crierai victoire
    Je crierai victoire
  • J'imagine
    J'imagine

1re édition du Carnaval étudiant classe virtuelle 2021

Au tout début de l’année scolaire, ma condition de santé ne me permettait pas d’enseigner en classe. C’est alors que j’ai reçu un appel pour enseigner à distance. Contrairement à plusieurs qui pouvaient démontrer de l’insécurité face à ce défi, pour ma part, je sautais de joie! J’allais enfin pouvoir pratiquer mon métier et avoir ma propre classe. Les premiers jours ont passé et je vous avoue que j’ai eu la broue dans le toupet, comme le dit si bien l’expression! Je me suis surprise à me découvrir un petit faible pour l’enseignement de la 1re année, moi qui ai longtemps été une enseignante de 6e année.

Ensuite, plus les jours avançaient, plus je me disais que, finalement, même si on est en classe virtuelle, on réussit à faire de belles choses. J’ai souligné l’anniversaire des enfants, on a fait des expériences, un dîner à Noël, des discussions parents-enfants, etc.

Puis, un matin, je me suis mise à repenser au Carnaval étudiant que l’on faisait aux Quatre-vents, l’école où j’enseignais, et je me suis dit : "pourquoi pas!". J’ai alors proposé mon idée aux parents et aux enfants, qui ont accepté avec plaisir. Quelques jours plus tard, ma programmation était prête. La première édition du Carnaval étudiant en classe virtuelle 2021 a eu lieu tous les après-midis de la semaine du 22 au 26 février. Au menu : patinage, raquette, glissade, peinture sur la neige, construction d’un château et d’un bonhomme de neige, recettes, film. Je pouvais voir le bonheur des enfants et des parents qui m’envoyaient des photos. Le sourire de ma belle Elisabeth sur l’une de ses photos m’a vraiment touchée et c’est à ce moment que j’ai compris que mes élèves étaient heureux dans ma classe virtuelle.

Pour terminer, certains me diront que je n’ai pas beaucoup d’élèves, que les parents m’accompagnent, etc. Oui, c’est vrai! Je vous confirme que si j’avais 24 élèves, je réussirais quand même à faire de beaux projets. Il suffit d’y croire...

 

Source :
Anne Dumaresq, 
Enseignante de Lambert, Lee, Mathis et Elisabeth